J'espère que tu aime les scalpel et l'odeur de la javel - PV Chris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Agent de terrain
Avatar : James McAvoy
Messages : 59
expérience : 93
J'espère que tu aime les scalpel et l'odeur de la javel - PV Chris
La nouvelle a déjà fait le tour d’internet et des blogs sur les évènements étranges. On a sans doute dû en parler dans la presse, mais je n’ai rien trouvé dans la presse américaine. Il semble que les médias internationaux ne s’en soient pas inquiété. Cela m’a paru un peu louche et j’ai été le premier informé, dans Palladium. Mon boss et la plupart des employés étant sur une piste dans le sud des États unis. Il faut que j’aille voir ça moi même et je prétexte une potentielle piste pour y aller. Je n’ai pas parlé de l’endroit où j’irai, préférant ne rien dire pour le moment. Pourquoi ne pas avoir tout dit directement à mon créateur ? Je ne sais pas trop. Je crois que je ne lui fais pas tellement confiance, je n’ai pas l’impression qu’il soit réellement celui qui m'a donné la vie, c’est un sentiment un peu bizarre que je ressens. Je ne devrais pourtant pas avoir ce genre de pensées, mais elle me hante. La silhouette floue. J’ai toujours la sensation que c’est une femme et je dois découvrir qui elle est. Quoi qu’il en soit, je me suis mis en route vers le Canada, prétextant vouloir éviter que nos ennemis me localisent en éteignant ma balise de traçage. Je prends des risques, mais si jamais je me trompe, je préfère que les habitants de cette ville ne soient pas embêtés. Ce sont des humains qui méritent de ne pas être dans ce conflit. C’est une affaire entre le Gouvernement, Palladium Enterprise et ces fameux monstres. Monstres. C’est ce qu’on m’a dit d’eux. Je m’imagine des gens dangereux, est-ce qu’ils vont me détruire si je me mesure à eux ? Pour le moment, je me suis occupé de mutant relativement faible. Enfin je crois. Les scientifiques ont vidé ma mémoire il y a peu de temps pour m’implanter la nouvelle liste et tout ce dont j’avais besoin. Je déteste quand ils font ça, ils pensent que je ne m’en rends pas compte, mais j’ai des sauvegardes sur des serveurs et chaque fois, ma mémoire est différente. Je ne me remets pourtant pas à jour avec les souvenirs que j’ai perdu, je ne veux pas qu’ils sachent que j’ai des serveurs où je dépose certaines choses. Une fois encore, je ne sais pas pourquoi je ne leur dis pas, mais j’ai une note dedans qui me dit de ne jamais donner leur emplacement. J’ai sans doute écrit cela pour une bonne raison.

Mais je sais qu’ils finiront par voir que je ne suis plus aussi obéissant, mais je ne comprends pas. Les derniers programmes qu’ils ont installés dans ma tête me font voir le monde différemment, ils ne me considèrent pas comme un être, mais comme une vulgaire arme. Si je n’étais pas aussi perfectionné, je pense qu’ils m’auraient déjà détruit. Mais après tout, je ne suis qu’une machine, mon rôle est d’obéir et non d’être libre. J’ai déjà la chance de pouvoir me mouvoir comme eux alors je ne vais pas trop en demander. Je suis actuellement dans un bus en direction du Canada et je regarde les gens qui sont là. Ils sont tous tellement insouciants. Une petite fille est en train de regarder un film sur le téléphone de son père en riant à chaque plaisanterie. J’envie leur liberté, j’envie leur humanité. Mais jamais je ne pourrais ressentir cela. Les humains ont de la chance, ils ont le droit de vivre, moi je n’ai le droit que d’obier. La petite fille se rend compte que je la regarde et elle fait de même. Je n’ai aucune expression sur mon visage et je vois ses yeux qui changent de couleur. Je fronce les sourcils et elle me tire la langue, elle est verte. Mais pas comme quand les enfants ont mangé un bonbon colorant, mais verte comme si elle n’était pas totalement humaine. Sa mère s’en rend compte et elle cache rapidement sa fille avant de me lancer un regard terrifié. Elle n’a pas remarqué que je travaille pour Palladium et je détourne la tête pour regarder le paysage. Nous approchons de la frontière et bientôt, on nous demande de descendre. J’ai un permis pour porter une arme, mais je veux être discret. Je n’ai pas de vêtement avec l’insigne du laboratoire et je vois la mère qui me regarde avec un air suppliant. Elle fuit les États-Unis pour protéger sa fille, je suppose. Elle veut protéger son enfant, le fruit de son union avec un mâle. J’ai entendu beaucoup d’histoire sur des parents de mutants qui les abandonnent au laboratoire, mais là, elle tente de la protéger comme elle peut.

Je décide de ne pas y faire attention et je m’approche de la personne là pour vérifier mon identité. J’ai toujours l’air un peu suspect pour eux et ils voient pour qui je travaille. Cela me vaut de pouvoir entrer sur leur territoire sans soucis et il me demande :

« Que venez-vous faire ici ? »
« Vacances, je n’ai pas d’arme avec moi. »


Il ne semble pas vraiment me croire, mais son collègue revient pour dire que tout est en règle dans l’autocar. Il a l’air embêter mais de toute façon, il ne peut pas m’empêcher d’avoir une arme quoiqu’il arrive.

« Bien, on va vous laisser rentrer, mais vous n’êtes pas aux États-Unis. N’effrayez pas la population sinon on vous renvoie chez votre employeur, compris ? »

Je lui fais un signe de tête pour lui dire que j’ai compris et il me rend mes papiers pour me laisser retourner dans le bus. Il nous reste encore un peu de routes avant d’arriver à Clairington. Je suis bien évidemment armé, mais je suis doué pour cacher mes armes et je n’ai pas besoin d’énormes armes pour ma partie de chasse. Le bus reprend sa route et nous arrivons plusieurs heures plus tard à destination. Je descends du bus pour récupérer mon sac avec le strict nécessaire pour une chasse, vêtement de rechange, batterie au cas où et j’en passe. Une ombre s’approche de moi pendant que je m’en vais et je me retourne pour voir la mère avec sa fille. Elle semble gênée et elle me dit :

« Excusez-moi, je... »
« Je travaille pour Palladium Enterprise. »


Un lourd silence se fait et elle recule de quelque pas en prenant sa fille contre elle. Elle sait quel est notre but et je vois sa peur rapidement se transformer en haine, je suis une menace pour la chaire de sa chaire.

« Cependant, votre fille n’est pas assez puissante pour que mes capteurs la détectent et on m’a demandé de ne pas faire trop de grabuge. Filez et cachez-la. Le jour où elle intéressera mes employeurs, je viendrais la chercher. »

J’ai dit cela d’une traite, comme une réplique un peu trop bien apprise. La petite fille me regarde avec peur, elle ne doit pas avoir plus de 6 ans. Pauvre enfant. Elle a eu la malchance de naitre différente et un jour elle se retrouvera dans un laboratoire, sans doute après que je l’aie traqué. Ses cris de douleur résonneront dans une pièce d’un des nombreux bâtiments et ils le tortureront pour en extraire tout ce qui les intéresse. C’est un monstre en devenir. Tout ça parce qu’elle peut changer la couleur de ses yeux et qu’elle a une langue verte. Un Daltonien ne s’en apercevrait même pas alors pourquoi cela a-t-il autant d’importance ? Pourquoi vouloir absolument les enfermer ? Mais ce n’est pas mon rôle de réfléchir, je dois agir et je reprends ma route, abandonnant les deux humaines dans leur angoisse. J’espère malgré tout ne pas avoir à venir la chercher.

« Je tenterai d’éviter qu’elle intéresse mes supérieurs, son pouvoir n’est pas une menace pour l’espèce humaine. »

J’entends leurs pas qui s’éloignent, j’ignore si elles m’ont entendu, mais je dois me mettre en route. Je vais sur les lieux décrits dans la presse locale, cela ne fait que quelques jours alors il y a encore des traces. Je vois que le quartier est relativement amoché, il va falloir que je trouve celui qui a fait cela. Lui est dangereux et il pourrait intéresser le professeur Wagner. Je me permets d'observer les dégâts aussi faibles soient-ils. C’est relativement net, comme si cela n’était pas naturel. Peut-être un mutant ? On dirait que tout cela un centre et je me mets à la place de la chose qui a fait cela, au pied d'un lampadaire, avant de regarder autour de moi. J’ai de plus en plus de conviction qu’il s’agit d’un mutant relativement puissant. Il faut que je le retrouve ! Je fouille rapidement dans mon sac et je sors un appareil branché en wi-fi avec mon cerveau, pour calibrer mes détecteurs avec les nouvelles données envoyées par le laboratoire. Ils auraient pu les envoyer directement dans ma tête, mais je préfère contrôler un minimum alors j’ai détourné le flux pour qu’il arrive dans cet appareil. Parfait, je peux me mettre en chasse et j’ajuste la casquette que j’ai sur la tête et qui permet de cacher un minimum mon visage. J’ai aussi une écharpe qui cache le bas de mon visage, on est en hivers alors personne ne me pose de questions. Voilà, on ne peut pas me reconnaître et je me mets en route. Attends-moi mon joli, je suis sur ta trace.


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: J'espère que tu aime les scalpel et l'odeur de la javel - PV Chris
Chris avait profité de ne pas avoir cours aujourd’hui. Contrairement à la dernière fois il ne sèche aucun cours cette fois ci pour aller au centre ville. Il n’y été pas retourné depuis l’incident qu’il avait causé mais le jeune mutant avait besoin d’y aller. C’était comme si il avait besoin de s’assurer que le quartier été intact après la coupure de courant involontaire.

Le mutant était bien couvert, il avait l’habitude des hivers du coin ayant grandit ici. Il avait d’ailleurs de nombreux souvenirs dans ses rues, bon comme mauvais d’ailleurs. Il était prés de la boutique d’antiquité et été nerveux. Il avait peur de recommencer la même bêtise qu’auparavant. Sa nervosité fit ressortir quelques étincelles d’énergie au niveau de ses mains. Il se concentra sur autre chose pour enlever l’énergie de ses mains. Elle disparut rapidement lorsqu’il décida de porter son intention sur une babiole du magasin d’antiquité. Il mit alors les mains dans ses poches pour éviter tout débordement et s’approcha du poteau qu’il avait fait disjoncter quelques jours plus tôt.

Celui-ci ne fonctionnait pas alors que la nuit commencer à tomber. Tout autour était éclairé sauf cette unique poteau dont l’ampoule avait cessé de fonctionné. Cela était surement la faute du jeune mutant. Il a du faire disjoncté quelque chose au sein du poteau pour plus qu’il émette de lumière. Il toucha alors celui-ci et émit une légère énergie sur celui-ci. L’ampoule s’alluma quelques secondes avant de s’éteindre à nouveau. Chris sourit, il commençait à contrôler son pouvoir. Ce n’était qu’une partie mais c’était un début.

Il était rassuré que la seule trace de son ancien passage ici était un poteau qui fonctionnait mal. Le jeune homme prit alors le chemin pour revenir au manoir. S’il rentré trop tard il allait se faire taper sur les doigts.

Il envoyait des texto en marchant et ne fit pas attention. Il en percuta une personne. Celle-ci fit provoquer une légère étincelles au niveau des mains du mutants. Il comprit alors qu’il était face à une machine. A une machine humanoïde ! Qui est l’inventeur assez fou pour avoir inventé une tel machine ? Si son pouvoir ne c’était pas manifesté, il ne l’aurai même pas remarqué que c’était une machine. Il était à la fois surpris et impressionné par le travail de l’ingénieur ayant mis en place le robot. Il en resta bouche bée.
J'espère que tu aime les scalpel et l'odeur de la javel - PV Chris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» aucun rapport j'avoue mais j'aime les pipes
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A
» [Inutile] J'aime / J'aime pas
» Une musique que j'aime bien....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Future Legends :: Zone HRP :: Les archives :: Archive des RP-