Oh silent night
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
Oh silent night
Oh silent night
Clara Liberty et Gabriel Evans
Le manoir est particulièrement calme à cette heure de la nuit. Les élèves et autres habitants sont couchés et dorment d’un sommeil paisible… du moins, presque tous. Il y en a bien un qui a du mal à trouver le sommeil depuis son arrivée ici. Gabriel a du mal à s’acclimater à ce nouvel endroit, peuplé de gens dont il ignore tout, sans la protection à laquelle il s’était doucement habitué depuis les dix dernières années.

Il va finir par s’habituer il le sait, il a voulu venir ici après tout. C’est sa chance de repartir à neuf, la dernière étape pour se réapproprier entièrement sa vie… mais l’insomnie n’aide en rien.

Pieds nus, vêtu simplement d’un jean et un chandail, il arpente les couloirs du manoir tout en essayant de faire le moins de bruit possible. Au moins ça l’aide à se familiariser avec cet immense bâtiment, et s’il arrive à retrouver son chemin dans la pénombre, ce sera un jeu d’enfant en plein jour. Il y a une bibliothèque quelque part, il se souvient avoir passé devant hier… mais par quel dédale il a passé, impossible de s’en souvenir avec certitude. C’est donc vraiment à l’instinct qu’il emprunte un couloir, puis un autre. Et la chance semble lui souvenir car après de longues minutes, les larges portes de bois de ce lieu de culture s’ouvrent lorsqu’il en fait tourner la poignée.

L’endroit lui est tout de suite agréable et apaisant, le genre de bibliothèque que l’on voit dans les films et qui donne l’envie d’en avoir une semblable un jour. Des rayons de livres en tous genres remontant jusqu’au plafond, des boiseries aux tons chauds et riches, une atmosphère un peu ancienne, qui donne l’impression que des trésors sont précieusement conservés entre les reliures de cuir et de carton.

Tranquillement, Gabriel arpente quelques rayons, lisant un titre ici et là, et finit par tirer doucement un livre de contes et légendes anciennes d’une des étagères. D’abord sur la pointe des pieds, puis d’un pas normal après qu’il se soit traité intérieurement de crétin d’avoir peur de déranger quelqu’un alors qu’il est fin seul dans cette vaste pièce, il s’installe dans un confortable fauteuil de cuir. Il allume une lampe de table tout près, question d’avoir juste assez de lumière pour lire et que sa présence reste tout de même discrète. Une jambe repliée sous lui, l’autre allongée au pied posé sur le sol, le paisible mutant feuillette l’épais volume, s’arrêtant de temps à autre pour lire une légende sous une image ou quelques paragraphes, non sans se demander par moments si les êtres mystérieux décrits dans ces histoires n’étaient pas tout simplement des mutants, comme ceux réfugiés ici. Peut-être que ça aurait été une chance de vivre à une époque où la science n’était pas suffisamment avancée pour esclavagiser les gens, où les hommes croyaient encore aux dieux, à la magie et aux miracles…

Croyant entendre un bruit, le professeur relève le nez de sa lecture et promène son regard aux alentours, même si la pénombre qui l’entoure conserve la majorité de ses secrets.


Dim 25 Juin - 9:09
avatar
Mutant Delta
Avatar : Laura Vandervoort
Messages : 93
expérience : 169
Re: Oh silent night
Oh silent night
Clara Liberty et Gabriel Evans
La journée fût longue et pénible pour Clara. Elle avait parcourue des distances à ne plus savoir quoi en faire et chaque arbre sur son chemin étaient identique au précèdent. Ses blessures lui prenaient toute son énergie et les nuits étaient loin d'être réparatrice. Habituellement, une simple toilette habituelle et ses petites blessures étaient vite du passé, mais hélas il en était pas de même pour celle-ci. Il faut bien dire qu'elle s'était blesser sous forme humaine et était redevenue chat plusieurs jours après. Bref, pendant ces simple jours qui en semblaient bien plus, la plaie qu'elle s'était faite ne guérissait point et le manque de ressources bonne à sa santé et rétablissement n'était pas de la partie. L'infection s'installait dans la chaire et la blessure devenait de plus en plus vorace. Il était plus que temps pour elle de trouver de l'aide ou du moins un lieu pour se protégé, car le ciel commençait à s'assombrir.

D'une démarche abattu et d'un regard livide ont pouvait vite voir qu'elle ne s’attendait plus à grand chose et qu'une simple couverture ou boîte lui conviendrait à l'instant. Elle ralentit le pas et cherchait du regard quelque chose de potable. Il lui pris quelques seconde pour réalisé ce qu'elle voyait et encore plus pour démontré son plaisir. La joie pris place en elle lorsqu'elle aperçu un bâtiment très charmant et mystérieux à la fois. C'était un manoir au apparence sophistiquer et ancien. Il ne devait surement plus être habité comme autrefois et peut-être bien plus tranquille qu'elle pourrait le croire. Bien qu'il était entretenu, elle prit le risque de s'y invité et d'en faire son chez-soi du moins pour la nuit. Elle bondit du mieux qu'elle le pouvait et agrippait le contours du la fenêtre. Elle se hissa avec difficulté et passa sa patte le long de celle-ci pour créer une ouverture. Enfin elle avait le passage libre et un lieu plus que rêvé. Elle sauta du rebours et trouva une pièce bien sombre et plus calme que dans des lieux commun. Elle parcourait la place de son regard nocturne et compris où elle se trouvait. C'était une bibliothèque, mais loin d'être des plus normal. Elle était gigantesque et il n'y avait pas un ra-coin qui n'arborait pas une reliure de livre de tout genre. Clara trouvait une ranger plus reculer dans la bibliothèque et montait sur une deuxième tablette. Une qui comprenait un peu moins de livres d'un côté et qui lui servirait bien de petite tanière. Elle se tournait une ou deux fois sur elle-même et se replaçait après une vague de douleur. Un livre tombait au sol suite à sa réaction, mais elle ne prit pas le bruit en compte. Ses yeux s'apaisait et la fatigue accumuler pris le contrôle de son corps. Elle était bien partie pour plusieurs heures si tout restait calme et sage comme une image.  

Spoiler:
 

code by bat'phanie


Dernière édition par Clara Liberty le Sam 22 Juil - 17:53, édité 4 fois
Mar 27 Juin - 23:31
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: Oh silent night
Oh silent night
Clara Liberty et Gabriel Evans
Certes, il y a une probabilité que la gravité ait fait tomber un livre mal placé sur une étagère. Mais quand on est un mutant, on apprend à se méfier de tout et de rien, même des choses d’apparences inoffensives et innocentes. Qui plus est, ce bâtiment est peuplé d’adolescentes et de jeunes adultes dormant à poings fermés, dont la plupart feraient des proies alléchantes pour ceux qui avaient retenu Gabriel en captivité pendant de trop longues années. Et il ne devait pas y avoir un seul groupe de gens mal intentionnés envers les mutant en ce bas monde…

Avec mille précautions, l’instructeur dépose son livre sur la table à proximité et se lève. Pas mécontent d’être pieds nus pour faire le moins de bruit possible, il se faufile lentement à travers les rayonnages lourds de livres, à la recherche de la source de ce bruit. Tous les sens en alerte, l’oreille tendue, les yeux qui s’habituent rapidement à la pénombre, il cherche, le bout de ses doigts parcourus par le picotement légèrement désagréable qu’il ressent à chaque fois qu’il est sur le point d’utiliser son don pour blesser plutôt que pour guérir.

Un livre échoué au sol, ouvert, ses pages froissées d’avoir fait une rencontre aussi abrupte avec le plancher se profile bientôt entre deux allées. Après un long moment immobile, à simplement écouter les bruits de la nuit, Gabriel comble la distance le séparant du livre fautif et le ramasse. Peut-être qu’il est devenu paranoïaque avec le temps, mais il préfère être trop prudent que désolé. Après avoir défroissé les pages du malheureux bouquin au mieux et regardé sa reliure pour avoir une idée de son classement sur les étagères, il se penche au niveau du rayon et…


« Hey bonsoir toi. »

Un chat. Une fenêtre est probablement restée ouverte et la bête s’est faufilée pour trouver refuge. Un chat errant sans doute, à voir ses flancs émaciés et sa fourrure maculée de sang séché. Voilà néanmoins le fautif et cause de ce bruit, un autre être blessé qui venait chercher une cachette dans ce manoir le temps de refaire ses forces et de pouvoir mieux affronter le reste du monde.

« Je ne te ferai pas de mal, c’est promis. »

Le murmure de Gabriel est doux et apaisant alors qu’il tend la main vers la petite bête à fourrure. Ladite main dégage une douce chaleur destinée à engourdir les sens et le mal qui peut assaillir l’animal, agissant sur ses nerfs et muscles pour les détendre et s’éviter également une riposte pleine de griffes et de crocs face à un animal apeuré.

Si le chat se laisse faire, il se retrouvera soustrait de sa cachette de fortune et soulevé dans les bras de Gabriel qui le ramènera vers son lieu de lecture, avec un peu plus de lumière, pour mieux inspecter les blessures de l’animal.



Sam 15 Juil - 18:30
avatar
Mutant Delta
Avatar : Laura Vandervoort
Messages : 93
expérience : 169
Re: Oh silent night
Oh silent night
Clara Liberty et Gabriel Evans
Pensant dormir jusqu'au lendemain, cette petite boule de poile sursauta légèrement lorsqu'elle entendit une voix humaine, calme et masculine.

« Hey bonsoir toi. »

Se crispant dans sa cachette et hissant légèrement, elle le scrutait du regard cherchant des signes de menaces et une sortie de secourt. Elle ne devait pas prendre les gens à la légère, car ils ne voulaient pas tous son bien. Il approcha une main vers elle se qui la fit reculer le peu qu'elle pouvait. Il ne semblait pas méchant et ses mots qu'elle comprenait très bien là rassuraient un peu. « Je ne te ferai pas de mal, c’est promis. » Devait-elle lui faire confiance et le laisser là prendre et risquer qu'il lui fait mal par la suite? Ou s’élancer d'un bon malgré le mal et tenter de le semé et devoir retrouver un nouveau lieu pour se cacher.

À l'aide de son odorat et de ses capacités à ressentir les émotions des humains, elle le trouva très calme et confiant. La main devant son museaux dégageait une douce chaleur et drôlement, ses membres s'engourdissaient un peu. *À pi t'en-pis! ça ne pourra pas être pire que de se faire attaquer par un gros chien* Ce dit-elle intérieurement.  Elle se laissa tomber doucement sur la tablette et tira la patte vers celui-ci. Le désir du réconfort là tentait et le sentiment d'être entre de bonne main lui paraissait logique. Elle gardait un peu de réserve face à lui, si la situation changeait par la suite. Elle restait sur ses gardes et observais chacun des gestes de cet homme.


Spoiler:
 


code by bat'phanie
Jeu 20 Juil - 23:53
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: Oh silent night
Oh silent night
Clara Liberty et Gabriel Evans
L’animal est craintif, tel que prédit, une réaction bien normale vu son état. Malgré tout, Gabriel juge qu’il ne peut pas laisser un chat errant, visiblement blessé, entre les livres de la bibliothèque. Avec mille précautions, comme s’il manipulait un objet très précieux, il souleva la petite bête et la sortie de sa cachette. Maintenant lové entre ses bras, le chat est emmené vers la lumière, pendant que la main libre de Gabriel lui gratouille doucement le menton pour terminer de l’apaiser.

« Voyons voir ce qui ne va pas chez toi… »

Après s’être assit à nouveau dans le fauteuil, l’animal posé sur ses genoux, les grandes mains du mutant inspectent et palpent doucement les membres de la petite bête, intervenant par petites touches pour refermer les blessures qu’il peut sentir sous ses doigts grâce à son don. Une plaie infectée, le mal qui rongeait lentement mais sûrement les forces vitales, risques d’une septicémie… rien que les capacités de Gabriel ne pouvaient résoudre, mais vu la faiblesse actuelle du chat, il préférait traiter doucement son état pour lui éviter un choc trop grand.

Et il y avait quelque chose d’étrange dans la structure cellulaire de ce petit être, quelque chose qui fit sourire Gabriel. Vraiment, il fallait se méfier de tout de nos jours, même des chats errants blessés…


« Tu n’es pas du tout un chat, n’est-ce pas? »

La question murmurée à l’attention de l’animal s’accompagne d’une interruption des soins et de l’engourdissement qui les accompagnaient. Sans être totalement remise, le chat est suffisamment guérit pour avoir l’occasion de se sauver, mais risque de traîner de la patte pendant encore un moment.


Mer 26 Juil - 21:06
avatar
Mutant Delta
Avatar : Laura Vandervoort
Messages : 93
expérience : 169
Re: Oh silent night
Oh silent night
Clara Liberty et Gabriel Evans
Ses doigts grattouillaient sous mon menton velu et étant un chat, j'adorais ça. J'en ronronnais de plus belle *Aller, continue!* Je me laissais aller à ses mains tendre. « Voyons voir ce qui ne va pas chez toi… » Il s’assit et me déposa sur ses genoux. J'étais de nature calme et mes habitudes prirent le dessus. Je tourna sur moi-même voulant me coucher en petite boule, mais il m'en empêchait délicatement. Ses doigts sous mon ventre me tenaient sur mes pattes se qui m'obligeais à rester debout. Il parcourait mon corps d'animal comme le font les vétérinaires ce qui ne me gênais point. Drôlement, je me sentais de mieux en mieux. Avait-il des capacités spéciale, une technique de chamane pour guérir ou simplement des pouvoirs. Ses mains se stabilisaient, mes membres s'engourdissaient de moins en moins et je ne savais pas si c'était normal ou pas. Sa personne dégageait un peu de doute, mais pas de danger. Enfin, pas encore.

« Tu n’es pas du tout un chat, n’est-ce pas? » Cette question me crispait un peu et je ne savais plus trop quoi faire. Comment savait-il pour ma situation. J'étais un chat et mes habitudes le démontrait très bien. Je sauta de ses genoux avec encore un peu de douleur, mais moins qu'à mon arriver. Je reculais restant face à lui et en me cachant un peu sous une table basse. Était-il un danger... comment savait-il cela. Je ne m'avais jamais transformer devant un être humain. Même ma famille ne le savait pas. Est-ce que j'avais été suivis? Par qui? Et pourquoi?

Je le surveillais encore plus et s'il tentait de m'attraper brusquement, j'allais tenter de me sauver au plus vite et ne pas penser à mes douleurs.


Spoiler:
 


code by bat'phanie
Jeu 27 Juil - 1:16
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: Oh silent night
Oh silent night
Clara Liberty et Gabriel Evans
Sa question toute simple a déclenché une réaction immédiate du côté de l’animal, preuve supplémentaire s’il lui en fallait une, que ce chat n’a rien d’un félin innocent. La lueur de compréhension et d’intelligence qui brille dans les yeux de l’animal en dit long, mais son attitude est celle de la méfiance et de la peur à voir comment ça se cache sous un meuble. Pas d’hostilité, du moins pour l’instant, et Gabriel s’applique à adopter une attitude calme, quoique vigilante. Se penchant légèrement de manière à appuyer ses coudes sur ses genoux, il s’adresse à nouveau au faux chat.

« Tu n’as pas à avoir peur: si je te voulais du mal ce serait déjà fait. Si tu reprenais forme humaine, pour que nous discutions de ta présence ici? »

Il avait croisé quelques métamorphes par le passé, tant animaux qu’humains, et il devait avouer que cette mutation était une des plus fascinantes qu’il avait pu observer. Ça avait un côté féérique qui donnait envie de croire à de la magie, plutôt qu’à un ennuyant traité de biologie sur la mutation génétique.

Il avait suffisamment croisé de métamorphes également pour savoir que parfois les plus jeunes restaient coincés sous une forme ou l’autre, ou pire: dans une transition entre les deux. Et là, ça pouvait emmener des complications douloureuses pour le pauvre mutant ainsi coincé. La peur, le manque de pratique, ou une influence extérieure pouvait causer bien des problèmes à ces individus. Est-ce qu’il était face à une telle situation? Comment savoir? Seul le chat pourrait y répondre…


Jeu 27 Juil - 8:44
avatar
Mutant Delta
Avatar : Laura Vandervoort
Messages : 93
expérience : 169
Re: Oh silent night
Oh silent night
Clara Liberty et Gabriel Evans
Il ne fit aucun geste brusque ce qui me rassurait. Il n'était définitivement pas méchant. « Tu n’as pas à avoir peur: si je te voulais du mal ce serait déjà fait. Si tu reprenais forme humaine, pour que nous discutions de ta présence ici? »

Je le regardais calmement et sortie doucement de ma petite cachette improvisée. Je m'assoyais sur mes pattes arrières et lui fit face. Il ne pouvait évidement pas me comprendre, car il ne m'aurait pas demander de reprendre forme humaine pour en discuter. Je réfléchissais à tout cela et je ne voyais pas comment je pouvais redevenir humaine. C'était arrivé que deux fois depuis ma présumé mort à 18 ans. Je t'enta le coup et essayais de communiquer avec lui. Peut-être qu'il comprendrait le langage des chats ou il finirait par deviner tout simplement.

''Comment veux-tu bien que je redeviens humain?! Je ne sais déjà pas pourquoi et comment c'est arrivé les autres fois.'' Dit-elle en miaulant.

Je laissais aller un mini soupir de désespoir. Il ne semblait pas comprendre ce que j'essayais de lui dire. Une vrai perte de temps. Au moins, il semblait intentionnée et à l'écouter des gens dans le besoin. * Au moins, c'est déjà cela! * Se dit-elle intérieurement. Je fermais les yeux quelques secondes. * Peut-être que si je fermais les yeux et que je me concentrais sur mon image. Sur l'image de moi le chat qui devient mon moi-humaine, sa pourrais peut-être fonctionner. * Je respirais lentement, très lentement. Inspiré, expiré... Inspiré, expiré... J'ouvris mes petits yeux de chat bleu-gris et cherchais dans son regard une réaction qui me dirait que ma tentative avait marcher, mais son regard était le même qu'au départ. Je penchais mon museau vers le sol et vue mes petites pattes velus. Ça n'avait pas fonctionner. Dommage!

Spoiler:
 


code by bat'phanie
Sam 29 Juil - 21:15
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: Oh silent night
Oh silent night
Clara Liberty et Gabriel Evans
Le chat comprend ce qu’il dit et semble enclin à collaborer, c’est déjà un excellent début mais aucun résultat probant n’arrive. Oh il voit bien que la petite bête tente de communiquer en miaulant mais malheureusement Gabriel n’a pas le pouvoir de comprendre le langage animalier. Un simple signe négatif de la tête répond à ce bruit pour signifier qu’il n’a rien comprit.

Il continue d’observer l’animal, constate qu’il ferme les yeux comme pour se concentrer… pourquoi est-ce qu’ils font tous ça d’ailleurs? Peut-être à force de voir les acteurs dans les films, m’enfin si ça aide certains à faire le vide…

Les efforts du félin semblent insuffisants, et le professeur lui adresse un petit sourire avant de s’adresser à nouveau à lui d’un ton toujours aussi calme.


« Essaie de te souvenir de ton corps quand tu as forme humaine. Pas l’apparence mais la sensation que cela fait. Pense à tes pattes qui s’allongent et s’étirent pour devenir des mains et des pieds, imagine-toi en train d’ouvrir et fermer tes mains. Étire-toi comme lorsque tu te réveillais dans ton lit au matin, rappelle-toi la sensation que ça créait dans tout ton être lorsque tu tendais tout tes nerfs et muscles, et cette impression de bien-être que ça t’apportait. Comment c’était de te déplacer sur deux jambes, de voir le monde différemment, plus haut. Accepte de laisser aller tes sens plus développés de chat, ne t’y accroches pas; laisse-toi simplement glisser vers tes sens d’humain. »

Il n’y a pas une seule recette pour ce genre de chose, chaque mutant est différent sur la gestion de ses pouvoirs et leur fonctionnement, et les consignes et encouragements donnés à ce mutant prisonnier de sa forme de chat ne seront peut-être pas probants.


Mar 1 Aoû - 23:32
avatar
Mutant Delta
Avatar : Laura Vandervoort
Messages : 93
expérience : 169
Re: Oh silent night
Oh silent night
Clara Liberty et Gabriel Evans
J'étais déçu de ne pas ressentir de résultats suite à cette tentative, mais évidement je ne pouvais pas m'attendre à réussir du premier coup. Pourtant, lors de mes transformations les autres fois, tout c'était passé si naturellement. Avais-je oublier quelque chose d'important? Je baissa la tête et soupira.

« Essaie de te souvenir de ton corps quand tu as forme humaine. Pas l’apparence mais la sensation que cela fait. Pense à tes pattes qui s’allongent et s’étirent pour devenir des mains et des pieds, imagine-toi en train d’ouvrir et fermer tes mains. Étire-toi comme lorsque tu te réveillais dans ton lit au matin, rappelle-toi la sensation que ça créait dans tout ton être lorsque tu tendais tout tes nerfs et muscles, et cette impression de bien-être que ça t’apportait. Comment c’était de te déplacer sur deux jambes, de voir le monde différemment, plus haut. Accepte de laisser aller tes sens plus développés de chat, ne t’y accroches pas; laisse-toi simplement glisser vers tes sens d’humain. »
Peut-être qu'il avait raison après tout. Je redressais la tête et lui fit un semblant de sourire. Ses mots avait un sens logique et je n'y avais pas penser. C'était la base, les choses que l'on ressent, mais que l'on ne réalise pas en temps normal. * À vrai dire, qu'est-ce que je ressentais quand j'étais humaine? * J'y réfléchissais pendant un bon moment tout en restant tranquille. C'était tout de même loin dans mon esprit.

* Lorsque j'étais humaine, je... pouvais me faire entendre, mais je ne pense pas que c'est de cela qu'il veut parler. Ah! Le sons de ma voie. Elle était plutôt douce, apaisante, enjoué. Bon, c'est un début, mais pas assez pour devenir humaine. Je vais juste me mettre à parler comme eux du coup. Hum... il me semble que ma vision du monde n'était pas la même, elle est même devenue meilleur depuis. Je vois dans le noir ce qui n'était pas le cas avant. Quoi d'autre?... Les sons! J'entends beaucoup plus de chose que je n'aurais jamais imaginer pouvoir percevoir. Bon, j'ai déjà une bonne partie de trouver. Mon ouïe, ma vue, mon parler. Il me resterait quoi?... L'odorat, le goûter et... le toucher. Eh, parfois mon nez d'humain me manque, j'évitais d'avoir à ressentir certaines odeurs nauséabonde. Pour le goût, je ne sais pas s'il y a vraiment eu des changements, mais j'ai depuis peu une envie plus grande de poisson et de fruit de Mer. Et pour finir, le toucher. C'est peut-être l'élément le plus complexe, car je ne m'en rappelle pas vraiment à part... à ma dernière forme humaine quand je suis rester prise dans l'arbre et que j'ai tomber, dû marcher dans la forêt. Finalement, il me semble que la sensation sous mes pattes étaient plus douloureuse et mes mains, je ne pouvais plus m'agripper à l'arbre. *Je ricanais un peu intérieurement. * Pourquoi vouloir redevenir humaine? La vie de chat c'est la classe. Tout ce fait mieux et je peux dormir quand je veux.  * Je secoua la tête pour sortir ses âneries et me concentrais à ma tâche première. Redevenir humaine.
Je me focalisais sur tous les éléments contraire à la vie de félin et tenta le coup. Je respirais profondément et expirais en imaginant mes membres guider par l'air qui partait vers mes extrémités. Je le regardais et constatais que j'avais encore le même point de vue donc je n'avais pas changer. * Bon, qu'est-ce que j'ai oublié ou que je n'ai pas fait correctement. Qu'avait-il dit encore? À part les sensation?  *

« Pense à tes pattes qui s’allongent et s’étirent pour devenir des mains et des pieds, imagine-toi en train d’ouvrir et fermer tes mains. Étire-toi comme lorsque tu te réveillais dans ton lit au matin. Accepte de laisser aller tes sens plus développés de chat et ne t’y accroches pas. »
D'accord, je n'avais pas vraiment voulu me décrocher de mes capacités animal et je n'avais pas assez visualisé ce à quoi j'étais avant et à cette dite métamorphose. Je respira encore et encore pour évacuer les pensés superficiels. Je visualisais mes membres qui s'allongeaient, mes pieds et mes mains qui prenaient forme humaine. Je pensais à nouveau au plaisir de m’étirai le matin quand j'étais dans mon lit et le bien-fait que ça me procurait. Je pensais à la caresse du vent sur ma peau dépourvue de fourrure et à ma longue chevelure qui à mon souvenir dégageait un doux parfum de shampoing. Et finalement, la vision du monde modeste, mais simplement beau.

J'ouvris les yeux sous un nouveau jour et la perception de la bibliothèque n'était plus là même. Une nouvelle vague de joie parcourrait ma personne et un petit sourire en coin se dessinait sur mon visage finement tailler. * J'ai réussi! Ça as fonctionné! Je suis vraiment redevenue moi? Humaine en chaire et en os! *

Au bout de quelques secondes à regarder autour de moi et à resentir la présence de mon corps humain, je réalisais que mes pensés précédentes étaient littéralement véridique. Je dirigeais mon regard sur mon corps et réalisais que j'étais nue. Complètement nue comme un ver. Je me mis en boule précipitamment et refermais mes bras autour de moi pour cacher ce qu'il y avait à voir. Mes joues se teintaient de rouge et s’échauffaient légèrement. Quel malaise! Je n'avais pas pensé à ce risque. Que j'étais dupe. Et lui, il n'y avait surement pas penser ou au contraire, il s'en attendait et profitait de la belle vue. Je raclais un peu ma gorge qui n'avait pas émis de mots depuis longtemps.

« Pourrais-tu... te tourner?» dis-je en faisant le signe du doigt tout en restant la plus recroqueviller sur ma personne.

Qu'allais-je faire, je n'avais pas de vêtements et rien pour me cacher. Allait-il être galant et me tendre un vêtement ou simplement rester là? Avoir sue que ça allait fonctionné, j'aurais prévue le coup et attendue d'être équiper.

Spoiler:
 


code by bat'phanie


Dernière édition par Clara Liberty le Jeu 3 Aoû - 20:25, édité 1 fois
Mer 2 Aoû - 2:19
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: Oh silent night
Oh silent night
Clara Liberty et Gabriel Evans
Ah, ces métamorphes… Inutile de dire que sitôt que Gabriel a constaté que l’être face à lui allait réussir son passage de félin à humain, il a détourné le regard. Faire du voyeurisme n’est pas du tout dans ses loisirs et il se doute que le mutant face à lui n’aura aucune envie de se présenter nu comme un ver devant un inconnu.

Pardon, une mutante comme l’indique la voix féminine peu de temps après. C’est bien sa veine tient; en général un mec est moins pudique, mais puisqu’ils en sont là…

Sans hésiter il se relève de son fauteuil, retire son chandail et après quelques pas, le tend à la jeune femme recroquevillée sur elle-même dans un effort de cacher sa nudité.


« Tiens enfile ça. Je vais t’attendre près de la porte de la bibliothèque. Mes appartements ne sont pas très loin, tu pourras enfiler d’autres vêtements pendant que je te préparerai un café. Et on discutera, d’accord? »

Jacasser en pleine bibliothèque au beau milieu de la nuit ne serait pas une grande idée, encore moins avec deux protagonistes à demi vêtus. Reste à espérer de ne croiser aucun élève faisant une balade nocturne, parce que la situation serait plutôt difficile à expliquer… et serait plutôt gênante.

Bref, sitôt que la jeune demoiselle le rejoint, il l’accompagne jusque son petit chez-lui dans le manoir, la pièce où ils entrent tenant office de bureau et de salon, la pièce voisine étant la chambre, sans compter une salle de bain attenante. Il fallait bien qu’être professeur entre ces murs donne droit à un peu plus grand que ce qui était alloué aux élèves. Et à voir les multiples dossiers soigneusement empilés sur le grand bureau de bois verni, avoir un espace de travail tranquille n’était pas un luxe non plus.


« La chambre est sur ta droite, fouille les tiroirs et prends ce qui te mettra à l’aise. »

Oui la situation est des plus étranges et il a lui-même bien hâte de retrouver un chandail. Néanmoins, les dames d’abord, et Gabriel s’éloigne pour aller préparer le café promis, car il sent une bonne discussion dans les prochaines minutes à venir. Il laisse l’inconnue refermer elle-même la porte menant au couloir, pour qu’elle ne se sente pas prise au piège ou ne s’imagine quoi que ce soit sur ses intentions du moment.

Jeu 3 Aoû - 9:40
avatar
Mutant Delta
Avatar : Laura Vandervoort
Messages : 93
expérience : 169
Re: Oh silent night
Oh silent night
Clara Liberty et Gabriel Evans
Je relevais les yeux un peu gêner. Il détournait le regard ce que j'appréciais. Il devait surement s'en attendre et respectait mon intimité. J'avais peut-être tomber sur quelqu'un de bien élevé après tout. Il se redressa en évitant de trop me regarder, enleva son chandail et me le tendis.

« Tiens enfile ça. Je vais t’attendre près de la porte de la bibliothèque. Mes appartements ne sont pas très loin, tu pourras enfiler d’autres vêtements pendant que je te préparerai un café. Et on discutera, d’accord? »

J'étirais mon bras vers le vêtement et l'attrapais. Il s'éloignait vers la porte de sortie ce qui me laissais un peu de discrétion. Passant mes bras dans les manches, j’enfilais le chandail de Gabriel et me redressais. Le chandail descendu sur mon corps pour se rendre sous mes fesses jusqu'à la mi-cuisse. Ça me rappelais les jaquettes que je portais dans mon jeune âge. Je regardais dans sa direction et commençais à avancer. Je perdais un peu l’équilibre sentant que ma démarche n'était plus la même. Je devais prendre un peu mon temps pour me réhabituer à tout cela. J'avançais jusqu'à lui et ça commençais à être déjà mieux. Après tout, marcher c'est comme la bicyclette. Ça ne se perd pas!

Il me conduit dans les couloirs jusqu'à une porte avec l'inscription "Professeur Evans" qu'il déverrouillait. Ce lieu devait surement lui appartenir. Il avançait à l'intérieur et je fermais la porte derrière moi. La pièce arborait un bureau et d'autres meubles à cet effet.

« La chambre est sur ta droite, fouille les tiroirs et prends ce qui te mettra à l’aise. »

Il m'indiquait la chambre et m'invitait à prendre ce que je voulais. Je n'avais jamais entré dans la chambre d'un professeur. Je me demandais bien à quoi elle pouvait ressembler. Une chambre banale ou quelque chose de plus personnel. J'ouvris la porte et vie une chambre sobre, propre et bien organiser. Ça coïncidait parfaitement avec l'image de Gabriel. Je m'assoyais sur le lit et pris quelques minutes pour respirer. * Bon! Que pourrais-je pouvoir trouver dans ses armoires? * Je tirais sur un des tiroirs de sa commode et trouvais des chandails et des chemises. J'aimais bien les chemises, mais je ne voulais pas lui en privé. C'était probablement pour ses cours ou pour être plus officiel. Je pris donc un chandail sobre et cherchais une paire de pantalon. J'en trouvais plusieurs, mais j'optais pour un jogging gris avec une corde à la taille. Quoi de mieux pour être confortable. Je fermais les tiroirs et sortie de la chambre.

« Merci pour les vêtements! » Il ne fit pas dans mon champ de vision, mais le bruit de la cafetière me l'indiquait. Je m'approchais du divan et m'installais. Cette situation m'était un peu étrange, mais je pouvais faire avec.

Spoiler:
 


code by bat'phanie
Ven 4 Aoû - 22:04
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: Oh silent night
Oh silent night
Clara Liberty et Gabriel Evans
La mutante n’a pas tort de juger les appartements de son hôte de sobres car hormis les meubles qui étaient déjà présents dans la pièce à son arrivée, Gabriel n’a absolument rien rajouté. Impersonnel aurait pu être un autre terme tout aussi approprié; mais quand on n’a pas de famille, pas de passé, et que l’on met une distance courtoise avec les gens, il est difficile d’accumuler des souvenirs et autres objets que les gens normaux se plaisent à accumuler. D’un autre côté, il peut tout laisser derrière lui sans aucun regret s’il devait partir en vitesse du manoir, et sans que quelqu’un fouillant dans ses effets ne trouve quoi que ce soit de révélateur sur lui.

Pendant que son invitée improvisée fouille d’ailleurs ses tiroirs, la bonne odeur du café fraîchement infusé se répand dans la pièce. Un plateau avec cuillères, sucrier et pot à lait est déposé sur la table à café près du canapé et Gabriel en est à remplir deux tasses blanches du liquide brûlant quand la jeune femme sort. Avec un tout léger sourire en coin, il dépose les deux tasses et l’invite à se servir.


« C’est définitivement trop grand pour toi, mais c’est mieux que rien. Si tu veux m’excuser un moment… »

Le moment passe plutôt rapidement, le temps d’enfiler un chandail pigé au hasard, et Gabriel s’installe dans le fauteuil près du sofa. Un léger silence passe avant qu’il ne s’éclaircisse la gorge et commence par les bases. Il n’a jamais fait ce genre de trucs, et reste tout de même sur ses gardes, mais ce n’est pas une raison pour manquer de civilité.

« Alors… mon nom est Gabriel Evans… Je ne te cacherai pas que je suis très intrigué par ta présence ici, et les blessures que tu avais. Comment est-ce que tu t’appelles? »

La tasse de café qu’il a prise entre ses mains dégage une douce chaleur, et c’est sur ce sentiment d’apaisement qu’il se concentre pour parler à l’inconnue face à lui. Elle pourrait être un piège ou mal intentionnée; jamais il ne cessera de se méfier, c’est trop ancré en lui, mais il s’applique à conserver une attitude d’apparence calme et détendue, tout comme ses paroles qui avaient été prononcées d’un ton calme et amical.

Sam 5 Aoû - 6:24
avatar
Mutant Delta
Avatar : Laura Vandervoort
Messages : 93
expérience : 169
Re: Oh silent night
Oh silent night
Clara Liberty et Gabriel Evans
Je m’assoie convenablement, mais en restant confortable. Le café était prêt sur la table basse et Gabriel s'approche un peu avant de partager sa réflexion. Il avait bien raison, mais que pouvais-je faire de mieux? Les chances que je tombe sur une personne qui aurait eu presque les mêmes caractéristiques physiques que moi m'aurais surprise. Un sourire en coin se formait sur mon visage. Il s'absente à son tour allant chercher un autre chandail et me rejoint.

« Alors… mon nom est Gabriel Evans… Je ne te cacherai pas que je suis très intrigué par ta présence ici, et les blessures que tu avais. Comment est-ce que tu t’appelles? »

Je n'avais pas trop envie de parler de moi, mais j'en étais un peu obliger vue mon intrusion dans ce Manoir. Selon ce que j'avais vue, je devais surement être dans une école. Je le regarde et souris encore un peu, mais de manière réservé.

« Je suis Clara. Clara Liberty. Et désolé pour mon intrusion. Je croyais que ce bâtiment était abandonné quand je suis entrée. »

Je passais tous les détails qui ne lui servirait pas à grand-chose sauf comment je m'étais blesser. Enfin, même cette information ne lui serait pas utiles. Je ne sentie aucune pression de sa part ce qui me laissais aller à mes questionnements.

« J'ai remarqué sur votre porte que vous êtes professeur! Vous enseignez quoi exactement? »

Sa question exprimait que de la curiosité envers cette établissement. Elle ne cherchait pas à recueillir d'information non loin de là. Elle n'avait jamais connu un lieu comme celui-ci et elle avait encore rien vue.
code by bat'phanie
Sam 5 Aoû - 7:07
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: Oh silent night
Oh silent night
Clara Liberty et Gabriel Evans
C’est facile de lire la réticence de la jeune femme. Rien n’est jamais facile quand on est mutant, et il admet qu’il ne lui rend pas la tâche facile non plus. Ce serait si facile, de faire confiance sans se soucier d’éventuelles conséquences… mais même s’il n’est pas ici depuis très longtemps, Gabriel se soucie de la sécurité des résidents du manoir. Il se souvient que trop bien comment certains utilisent des mutants à mauvais escient, et il ne peut pas jouer la situation de ses élèves sur un coup de dés.

C’est un petit hochement de la tête qui répond tout d’abord à la présentation de la métamorphe. Clara, ça va bien avec ces cheveux dorés et ces grands yeux bleus que Gabriel ne quitte pas du regard, sauf pour boire une gorgée de café suite à la question qu’elle pose, un instant comme un autre pour rassembler ses pensées et lui expliquer gentiment que pour l’instant, c’est lui qui pose les questions.


« Clara… oui je suis professeur, et tu comprendras que ça implique que j’ai une certaine responsabilité vis-à-vis les élèves qui sont ici. Du peu que tu me racontes, tu as tout d’une personne en fuite; j’ai besoin que tu sois honnête avec moi et que tu me dises si tu es en danger, si quelqu’un te poursuit, car je ne peux pas mettre les habitants de cet endroit en péril sous le simple prétexte que tu as un air sympathique. Je suis disposé à t’aider peu importe ta situation, mais tu dois me faire confiance d’abord. »

Un petit sourire vient s’ajouter au regard franc de Gabriel, qui ne quitte pas son invitée improvisée du regard. Parfois, il aimerait pouvoir lire les pensées de gens… et à chaque fois que cette idée lui traverse l’esprit, il a aussitôt la réflexion qu’en fait, il ne veut vraiment pas savoir ce qui se passe dans la tête des individus qu’il croise; ça pourrait être plus terrifiant qu’autre chose.

« D’où viens-tu, et pourquoi fuis-tu?


Dim 6 Aoû - 12:57
avatar
Mutant Delta
Avatar : Laura Vandervoort
Messages : 93
expérience : 169
Re: Oh silent night
Oh silent night
Clara Liberty et Gabriel Evans
Je regardais un peu autour de moi. Le soleil traversait la pièce ce qui me donnait envie d'aller m’étendre dehors comme quand j'étais un chat. Je pris un bouffer d'aire et pris une gorger de mon café après être revenue à moi. Ce café avait un drôle de gout. Je déposai alors ma tasse qui allait rester là jusqu'à mon départ. Je plaçais mes mains une par-dessus l'autre sur mes jambes croisées.

« Clara… oui je suis professeur, et tu comprendras que ça implique que j’ai une certaine responsabilité vis-à-vis les élèves qui sont ici. Du peu que tu me racontes, tu as tout d’une personne en fuite; j’ai besoin que tu sois honnête avec moi et que tu me dises si tu es en danger, si quelqu’un te poursuit, car je ne peux pas mettre les habitants de cet endroit en péril sous le simple prétexte que tu as un air sympathique. Je suis disposé à t’aider peu importe ta situation, mais tu dois me faire confiance d’abord. »

Je le regardais un peu surprise. * Moi! Poursuivis? Et pourquoi croit-il que je pourrais mettre les résidents de ce Manoir en danger? *

De plus, à mes souvenirs les professeurs d'école ne parlaient pas du genre à une nouvelle élève. Cette rencontre ne semblait pas qu'être conviviale. Il devait surement faire cela pour de bonnes raisons dont j'ignorais la provenance.

« Eh... Je suis contente de le savoir. Sauf que je suis désolé. Je vais peut-être vous paraitre trop banale, mais... non! Je ne suis pas en fuite, il y a personne qui me veut du mal. Enfin, pas à ma connaissance. Et pour être honnête, je ne sais pas en quoi une femme comme moi pourrait être la causer d'un danger dans ces lieux. Et que pourrais-je dire de ma forme animale? Rien de plus banale. Et pour ce qui est d'où je viens... je suis née en Angleterre et j'ai déménagé avec ma maîtresse lorsque je suis devenue un chat. De là ma présence à Clarington! »

Je le regardais attendant une explication à cette entrevue. Je restais des plus calme et à l’aise à la fois. La seule chose que l'on pouvait percevoir de moi était mon incompréhension.
code by bat'phanie
Lun 7 Aoû - 3:10
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: Oh silent night
Oh silent night
Clara Liberty et Gabriel Evans
Une excellente actrice, ou une réelle jeune femme franchement paumée? Une espionne en reconnaissance aurait une histoire pas mal moins bancale, il faut l’admettre, mais…

Un petit silence passe. L’hésitation est évidente du côté de Gabriel. Faire confiance, prendre un énorme risque; ou éloigner une menace potentielle… et si c’était vraiment une mutante qui a besoin d’aide? Il dévisage la jeune femme, pèse le pour et le contre, et finalement secoue la tête. Il y a des gens ici qui seront davantage en mesure que lui de cerner Clara, lire ses pensées s’il le faut, pour s’assurer de son innocence. Pour le moment, il ne peut que lui faire meilleur accueil afin qu’elle reste ici jusqu’à ce qu’elle soit remise à des personnes davantage compétentes que lui sur le sujet.


« Ce manoir est une école pour les gens spéciaux, des surdoués en quelques sortes… on utilise aussi le terme de mutants, avec un qualificatif plus ou moins agréable selon les préjugés de la personne qui parle. Comme toi je suis un mutant, comme la majorité des résidents qui dorment en ce moment. Peut-être que tu ne sais pas le sort qui est réservé à plusieurs d’entre nous, capturés et étudiés comme des animaux de laboratoire, contrôlés, utilisés comme des armes dangereuses. Pardonne ma méfiance à ton endroit, je ne veux qu’éviter ce sort à mes élèves. »

On lui avait offert de rejoindre un groupe de terrain, de ceux qui prenaient des risques pour libérer ceux qui étaient, comme lui jadis, prisonniers et esclaves d’une autre volonté que la leur. Il avait refusé, redoutant ses réactions s’il tombait face à un de ses anciens geôliers. Une mauvaise réaction sans aucun doute, car le simple fait d’avoir brièvement survolé le sort de certains mutants pour expliquer sa méfiance envers Clara avait ravivé des souvenirs qu’il aurait préféré oublier à jamais. Une lente respiration plus tard, le temps de repousser le désagréables images du laboratoire qui le hantaient toujours, Gabriel esquissa un petit sourire avant de reprendre.

« Je suis coach en pouvoirs. J’aide les plus jeunes et ceux qui ont moins de contrôle sur leurs dons à les apprivoiser et à mieux les maîtriser. D’autres professeurs enseignent les matières régulières afin que chaque élève ait de solides bases pour être en mesure de se mêler aux humains une fois leur formation terminée. À voir tes difficultés à reprendre ta forme humaine, je crois que tu devrais envisager un séjour de formation ici. »

Lun 14 Aoû - 3:52
avatar
Mutant Delta
Avatar : Laura Vandervoort
Messages : 93
expérience : 169
Re: Oh silent night
Oh silent night
Clara Liberty et Gabriel Evans
Mon regard changeait de l'incompréhension à la stupeur. * Des mutants c'est comme cela que l'on appelle des gens qui comme moi n'avait plus une vie humaine normal et commun? Et moi qui pensais que j’étais devenue un chat suite à ma mort. En réalité, je suis une mutante comme il disent, mais à le voir lui, nous ne sommes pas du même type comme pour un noir ou un blanc, ou même comme deux personnes d'une nationalité différente. À moins qu'il sache devenir un chat lui aussi et peut être que moi aussi je sais guérir les gens comme lui, mais que je n'ai jamais sue. *

Il me parlait aussi de personne qui voulais nous contrôler et nous étudier. Je ne savais pas que ma nouvelle vie était s’y risquer et pour les autres aussi. * De qui devais-je me méfier à vrai dire? À quoi il ressemble? Comment savoir si une personne que je croise peut-être un danger? J’en ai peut-être déjà croisé et... je ne les ai jamais cernées comme un danger. * Pour moi le monde dans lequel on vivait n'était rien de plus normal et les seuls dangers étaient les fous et les terroristes.

Il me proposa de m'inscrire pour suivre des cours pour contrôler mes transformations ce qui me semblais logique. Pour ce qui était du monde des humaines et de s'y fondre dans la masse, je n'avais pas de problème avec cela. Je ne me voyais plus comme une étudiante. Morte à 18 ans, j'avais fait tout mon secondaire et je n'avais pas de but très élever en matière de carrière. Par contre, j'aimais bien la bibliothèque de ce Manoir et peut être qu'un jour il me permettront de prendre un poste comme bibliothécaire. Peut-être qu'il me traiterait comme un de ces résidentes et arrêterait de se méfier de moi. Je n'avais pas envie d'être le sujet de plusieurs questionnements et encore moins d'avoir de problème. Je voulais une vie presque normale comme il se pouvait de l'être et ne pas avoir à faire à un de ces personnes qui nous veux du mal. Je sortie de ma bulle et m'adressa a lui avec un petit sourire.

« Je suis coach en pouvoirs. J’aide les plus jeunes et ceux qui ont moins de contrôle sur leurs dons à les apprivoiser et à mieux les maîtriser. D’autres professeurs enseignent les matières régulières afin que chaque élève ait de solides bases pour être en mesure de se mêler aux humains une fois leur formation terminée. À voir tes difficultés à reprendre ta forme humaine, je crois que tu devrais envisager un séjour de formation ici. »

« Je crois que sa pourrais être une bonne idée pour mon apprentissage. Enfin pour ce qui est de ma transformation. Mais vous-dite que vous êtes comme moi! Un mutant. Vous pouvez prendre la forme d'un chat vous aussi? Et comment je peux savoir qui est un danger pour nous... les mutants? »
code by bat'phanie
Lun 14 Aoû - 6:03
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: Oh silent night
Oh silent night
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Pour mon bon plaisir ! [Silent Night members]
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Future Legends :: Zone RP :: Le manoir :: Bibliothèque-